Les déclarations de Jovenel Moïse à l’ONU sont une attaque contre la presse, selon l’Association des Journalistes Haïtiens

0

L’Association des Journalistes Haïtiens(AJH) a dénoncé les propos du président  Jovenel Moïse en rébellion avec la loi contre les journalistes, lors de son intervention au Conseil de Sécurité de l’ONU le lundi 22 février.

Dans une note de presse publiée ce mardi 23, l’AJH se dit choquée, scandalisée et indignée par les propos de Jovenel Moïse à l’ONU. Ceux-ci ont semé la confusion et fait l’amalgame autour du respect de de la liberté de la presse, de la liberté d’expression en Haïti, estime l’association.

Ainsi, en déclarant  que des gangs se déguisent en manifestants et journalistes pour attaquer les policiers en service, M. Moïse a semé le doute et la pagaille. Il a également justifié les violences policières à l’égard des journalistes.

“Par ces graves propos, le chef de l’État justifie et assume tous les actes de brutalités orchestrés par des policiers contre les travailleurs de la presse. M. Moïse a, du même coup, exposé les journalistes à toutes formes d’attaque et d’agression”, souligne l’AJH.

L’Association des Journalistes Haïtiens dénonce ces propos qu’elle considère comme “une attaque contre les journalistes, contre la liberté de presse et la liberté d’expression”.

L’AJH a pris le contre-pied des allégations de M. Moïse laissant entendre aux membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, qu’il veut améliorer la place d’Haïti au classement mondial de la liberté de la presse. L’association rappelle que depuis plus de deux ans la corporation attend encore les résultats des enquêtes policières et judiciaires sur les cas des journalistes assassinés au cours des années 2018 et 2019.