Dark

Auto

Light

Dark

Auto

Light

Le Haut-Commissariat des Nations-Unies exprime sa préoccupation face à la recrudescence de l’insécurité en Haïti

Le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme(HCDH) a exprimé mardi 19 janvier, sa préoccupation face à la recrudescence de l’insécurité liée aux gangs armés en Haïti.

Selon les services de la Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, les enlèvements contre rançon, les attaques de bandes criminelles contre des quartiers perçus comme rivaux et l’insécurité généralisée ont augmenté ces derniers mois en Haïti, dans un contexte d’impunité presque totale.

« Nous craignons que l’insécurité, la pauvreté et les inégalités structurelles persistantes en Haïti, associées à des tensions politiques croissantes, ne conduisent à un mécontentement public suivi d’une violente répression policière et d’autres violations des droits de l’homme », a déclaré la porte-parole du HCDH, Marta Hurtado, lors d’un point de presse à Genève.

S’agissant de l’impact des manifestations et des barricades érigées sur la vie quotidienne du peuple haïtien, l’ONU demande aux autorités de veiller à ce que les gangs n’entravent pas le droit des personnes à manifester pacifiquement.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme et le Bureau Intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH) ont publié un document ce mardi 19 janvier, dressant le bilan des violations et abus des droits de l’homme perpétrés dans le cadre des manifestations qui se sont déroulées entre le 6 juillet 2018 et le 10 décembre 2019.

Dans ce document, l’ONU relève un total de 131 violations et abus au droits à la vie et à la sécurité de la personne lors des manifestations de 2018, et 567 violations et abus pour celles de l’année 2019. Il examine également les violations aux droits d’assemblée pacifique.

 

Leave A Comment